Guide de pêche / Étude bar Rayé / Menu / Photo

1.Projet – Impact de la réintroduction du bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent sur le doré

1.1         Dates de réalisation

Début du projet :

Avril 2007

Date de fin (estimée) :

Octobre 2012

Personne-ressource :

Sébastien Lord

Pourcentage d’avancement des travaux :

5 %

1.2         Objectifs techniques

Ø       Mesurer et quantifier les impacts de la réintroduction du bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent sur la population de doré, déjà présente. Les mesures prises devraient permettre d’identifier les facteurs suivants :

§         Évolution géographique de la population de bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent ;

§         L’impact sur la densité de la population de doré et leurs caractéristiques physiques (poids et grosseurs) ;

§         L’impact de la compétition entre les espèces, lors des périodes où leur nourriture commune est absente de leur milieu.

Ø       Prédire le déplacement des populations de bar rayé dans le fleuve selon différents facteurs afin de pouvoir cibler rapidement (l’impact sur les population de doré. )

1.3         Base de connaissances et historique de développement

Le bar rayé a déjà été présent en abondance dans le fleuve Saint-Laurent jusqu’à la fin des années 60. Il s’agit d’un poisson à chaire blanche, avec un très faibles nombres d’arrêtes, le rendait, à l’époque, très prisé commercialement. C’est l’un des trois facteurs qui serait responsable de la disparition du bar rayé du fleuve Saint-Laurent. Les autres facteurs identifiés par les biologistes sont un changement dans la température de l’eau, les opérations de dragage du fleuve pour la construction de la voie navigable et une défaillance sur les normes de pollutions des eaux. Le bar rayé a été officiellement placé dans la catégorie des espèces disparues par le Ministère des Ressources Naturelles et Faune du Québec (MRNFQ) en 1996. Cependant, ce poisson continue de peupler les estuaires de certains fleuves de la côte est américaine et au Nouveau-Brunswick (surtout dans l’estuaire de la rivière Miramichi). Depuis 2002, le MRNFQ a élaboré un programme d’ensemencement du bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent pour tenter de ramener l’espèce dans le fleuve. Depuis ce temps, l’ensemble des études menées soit par le MRNFQ, Pêches et Océan Canada ou la Fédération Québécoise de la faune ont porté uniquement sur le bar rayé en tant que tel (ses conditions de survie, l’environnement dans lequel il évolue, son implantation dans le fleuve, l’accroissement de sa population) et non sur les interactions qu’il aura avec les autres espèces de son milieu.

Ayant développé une entreprise qui axe son activité économique sur la pêche du doré, Excursion Chasse Pêche inc., n’ayant aucune donné publique sur les interactions entre le bar rayé et le reste de la faune aquatique du fleuve Saint-Laurent et étant donné les restrictions sévères sur la pêche du bar rayé (tout poisson pêché par erreur doit être remis à l’eau immédiatement) qui ne seront pas levés dans un avenir prévisible, l’entreprise recherche donc à comprendre l’interaction du bar rayé avec le doré dans le but de pouvoir prévoir ses déplacements et ainsi, continuer l’exploitation de l’entreprise par la pêche du doré.

Les informations suivantes sont connues par l’entreprise, suivant son expérience et les données connues sur le bar rayé :

§         Le bar rayé évolue habituellement dans des estuaires de rivières dans de l’eau saumâtre. Géographiquement, ces conditions se retrouvent entre Saint-Jean-Port-Joli et la pointe nord de l’Île d’Orléans. Il peut cependant s’adapter et évoluer dans de l’eau douce (entre Québec et Montréal). Le doré, quant à lui, est présent dans le fleuve jusqu’à la hauteur de la ville de Montmagny. La région du fleuve autour de l’Isle-aux-Grues, l’Île d’Orléans, l’Île Madame et l’Île au Ruau sera le premier endroit où le choc des espèces se produira.

§         Le bar rayé et le doré sont deux poissons carnivores qui se nourrissent des mêmes espèces dans les mêmes périodes, c’est-à-dire qu’ils se nourriront des montées d’éperlan en automne, de l’alose au printemps et de caplans à la fin de l’été (août-septembre). Les deux espèces ont également le même environnement de fraye, soit dans l’estuaire de rivière.

§         Depuis 2004, l’ensemencement de bar rayé est, pour l’instant, plutôt marginale et est fait principalement à partir d’alevin. La production artificielle des bars rayé devrait atteindre 50 000 par année à partir de 2008. C’est à partir de ce moment que commencera l’ensemencement de bar rayé adulte.

§         Le bar rayé est plus gros que le doré. Le bar rayé peut atteindre un poids maximal variant de 35 à 55 livres tandis que le doré n’atteint un poids maximal de 12 à 16 livres.

§         Le bar rayé est un poisson très territorial. Si sa population devient trop importante au même endroit, certains individus se déplaceront dans d’autres estuaires pour créer de nouvelles population.

Les hypothèses de recherches initiales, identifiées en début de projet étaient les suivantes :

§         Au niveau de l’alimentation, étant donné que les deux espèces mangent les mêmes sortes de poissons, quel sera l’impact de cette compétition sur la croissance du doré, sachant que le bar rayé peut atteindre un poids de 2 à 3 fois supérieur au doré ? Étant donné qu’il s’agit de deux poissons carnivores et que le doré est plus petit que le bar rayé, est-ce que le bar rayé pourrait aller jusqu’à se nourrir de doré en période estivale, où les petits poisson de fonds(éperlan, caplan, poulamon) ne sont plus ou moins présents. Cet élément devrait se répercuter sur la grosseur de la population de doré. Si la compétition avec le doré s’intensifie, en plus de diminuer en nombre, seul les plus gros spécimen de doré devrait survire.

§         Est-ce que le bar rayé demeurera dans les eaux saumâtres de la région de Saint-Jean-Port-Joli / Île d’Orléans ou s’il effectuera rapidement une migration vers les estuaires d’eau douce plus haut dans le fleuve dans le corridor du fleuve Québec / Bécancour ? À partir de quelle concentration de poisson dans une région que le bar rayé sera tenter de se déplacer en amont dans le fleuve ? 

§         Quels seront les impacts généraux de l’arrivée massive du bar rayé sur la population de doré, déjà présente dans le fleuve. Quels seront leurs moyens de défense pour combattre la présence de cette nouvelle espèce dans son environnement ?

1.4         Avancements technologiques

Les recherches qui sont effectuées visent à atteindre les avancements suivants :

§         Caractérisation et quantification des relations qui existent entre le bar rayé et le doré dans le fleuve Saint-Laurent. L’impact sur la disponibilité de la nourriture, l’évolution de la croissance de chacune des espèces et l’évolution de la territorialité de chacune des espèces. Les données recueillies au fil des saisons permettront de réorienter les hypothèses et de découvrir de nouveau éléments, toujours en relation avec la population de doré.

Les résultats obtenus à la fin de la saison 2007 se présentent comme suit :

§         Sur les 106 sorties effectuées durant l’été, 3 bars rayés de plus de 24 pouces ont été pêchés, respectivement à l’entrée de la rivière Chaudière (2 juin), à la hauteur de Beaumont (12 août) et près de l’Île Madame (30 octobre). L’échantillon est trop faible pour le moment, mais déjà la présence d’un aussi gros spécimen à l’embouchure de la rivière Chaudière est possiblement un indicateur que le bar rayé ensemencé depuis 2002 débute sa sortie à l’extérieur des eaux saumâtres, théoriquement son milieu de prédilection.

§         La population de doré pêchée quant a elle se caractérise comme suit (Note : étant donné le grand nombre de spécimen, une moyenne seulement a été élaboré lors de chacune des sorties). Les 106 sorties ont permis de pêcher environ 5 000 dorés, soit 47 poissons en moyenne. Il s’agit des poissons gardés hors de l’eau. Ils avaient un poids variant de 1½ à 7 livres et une longueur de 16 à 26 pouces. À quelques occasions, de plus gros spécimens ont été remis à l’eau afin de conserver un reproducteur intéressant pour l’espèce dans le milieu environs 20 doré de grande taille ont été remis à l’eau.

1.5         Contenu technique

Élaboration du projet de recherche (avril 2007)

Le projet a été initié par les prévisions du MRNFQ d’effectuer prochainement un ensemencement massif de bar rayé dans le fleuve Saint-Laurent, espèce officiellement sur la liste des espèces disparues depuis 1996, mais officieusement disparus de la pêche commerciale et sportive depuis le début des années 70. Ce poisson est reconnu en partie pour son agressivité territoriale et pour se développer dans les mêmes environnements que le doré, produit principal d’Excursion Chasse Pêche inc. Les recherches qui ont été effectuées par les différents organismes gouvernementaux portent uniquement sur le bar rayé et ses conditions de développement. Il n’y a aucun élément relatif à son interaction avec le reste de la faune aquatique, qui a pris sa place depuis sa disparition.

Le projet a donc été initié au printemps 2007 par Excursion Chasse Pêche inc. afin de quantifier et qualifier la relation qui se développera entre les deux espèces et l’impact que le bar rayé aura sur le doré.

Zone de Texte: Exemple de la fiche de notation mise en place pour la collecte de données

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fiche d’identification a été élaborée afin de prendre diverses mesures sur les bar rayé qui seront pêchés lors de la saison. Pour la saison 2007, la prise de donnée ne sera malheureusement pas complète. La saison servira tout de même à collecter des données sur la population de doré et à qualifier sommairement les éventuelles prises de bar rayé (longueur et endroit). La fiche sera remplie pour compiler les moyennes des dorés capturés lors des différentes sorties.

Zone de Texte: Exemple de la fiche de notation mise en place pour la collecte de données

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour le moment, aucun effort particulier ne sera déployé pour pêcher le bar rayé, les techniques de pêche étant différentes pour cette espèce, surtout en ce qui concerne le type de leurre à utiliser.

Une entente informelle est prise avec le MRNFQ pour que les données recueillies par Excursion Chasse Pêche inc. sur le bar rayé leur soient transmises pour que les biologistes puissent analyser le développement et l’adaptation de l’espèce dans le fleuve.

Déroulement des opérations de recherche (mai à octobre 2007)

Zone de Texte: Répartition géographique des prises de bar rayé

 

 

 

 

 

 

 

 

Les opérations de recherches se déroulent en même temps que les sorties de pêchent qui sont vendues par l’entreprise pour de la pêche sportive. Étant donné l’interdiction formelle de pêche du bar rayé, sous peine d’amande, les efforts ne sont pas menés spécifiquement pour pêcher le bar rayé. Ce poisson n’étant, théoriquement, pas attirés par les mêmes leurres que le doré. Malgré tout, au cours des 106 sorties réalisées du 1er mai au 31 octobre, 3 bar rayé ont été pêchés. Ces 3 poissons avaient environ la même longueur, soit 24 pouces. C’est la seule mesure qui a pu être prise pour l’instant étant donné la nécessité de retourner les poissons à l’eau rapidement.

Au cours de ces mêmes sorties, des efforts supplémentaires ont été nécessaires afin de quantifier et compiler les données relatives aux dorés qui ont été pêchés. À la fin de l’été, c’est environ 5 000 dorés qui ont été sortis de l’eau. Ceux-ci avaient un poids variant de 1½ à 7 livres et une longueur de 16 à 26 pouces. Des spécimens plus gros et plus petits ont été pêchés et remis à l’eau au cours des opérations afin de permettre un renouvellement plus facile de la population (les plus gros étant de bons reproducteurs et les plus petits n’ont pas atteint leur plein potentiel) Environs 20 doré entre 7 et 8.4 livres ont été remis à l’eau.
Orientation des opérations de recherches pour l’été 2008

La marina d’attache pour le départ des sorties de pêches bateau sera déménagée au cours de l’hiver de Saint-Romuald à Saint-Michel-de-Bellechasse. À partir de cet endroit, il sera plus facile de se rendre au territoire où se situe la « bataille » des espèces pour le territoire, à la pointe nord de l’Île d’Orléans. Suivant ce déplacement, on prévoit que les prises de bar rayé seront plus nombreuses que celles de la saison 2007.

L’obtention du permis spécial de pêche du bar rayé par le MRNFQ devrait également permettre de faciliter l’analyse des populations de bar rayé et surtout, l’analyse de leur système digestif afin de vérifier s’il y a présence ou non de chair de doré dans leur estomac. Ce permis devrait permettre une meilleure prise de données sur les bars rayé qui seront pêché. Actuellement, seule des données approximatives peuvent être prises puisque le poisson doit être rapidement remis à l’eau.

 

© Tous droits réservés Excursions Chasse Pêche inc